• résolumAN nouveau

    Les cadeaux de Noël seront déployés puis vite oubliés pour la plupart, les misérables sapins morts joncheront les rues désertiques, les traditionnels excès de bonne chère séviront... et face à l'insoutenable vide que révèle l'infinie fragilité de la condition humaine, il y a le trajet qui conduit vers une destination mystérieuse : le parcours d'une nouvelle année...

    Quant à moi, j'aime à croire et à dire qu'aujourd'hui je me contrefiche des bonnes résolutions et des vilains remords ! Je crois que je deviens sage... ou àquoibonniste... ! Un jour à la fois, un jour c'est déjà ça... 

    Ah! les "nouvel An" où l'on se rénove, s'auto standardise... où l'on se peaufine, se résoud à ceci ou cela, se calibre pour un nouveau départ...

    On répète chaque année les mêmes increvables résolutions non tenues -déjà- les années précédentes ! Aurions-nous une clandestine intention à ne pas les tenir ? Sommes-nous fascinés par l'aveu à peine voilé de la livraison qui tarde à venir... sachant qu'elle ne viendra pas ?

    Et dans cet ère du divertissement, des guichets automatiques, des livraisons à domicile, du zapping... des désirs exaucés en secondes... pourquoi parcourir des déserts avec des résolutions qui ébranlent une patience que nous pratiquons de moins en moins ?

    Bref... dans cette brochette -dont nous sommes- de 10 milliards (?) de mammifères à deux pattes... 900 millions souhaitent manger à leur faim, vivre en Paix, envoyer leurs enfants à l'école... ! Je ne sais pas vous... mais moi ça relativise mes résolutions dans notre monde d'occidentaux nombrilistes... qui nous plaignons le ventre plein et la bourse grasse (et inversement ?).

    Tout ça pour dire que j'ai FAILLI me plaindre et même gémir... à l'idée de me retrouver seule ce Noël et ce jour de l'An nouveau... pour la première fois de ma vie ! Mes fils vont rejoindre leur père -et j'en suis très très heureuse pour eux- ; je suis nouvelle dans la région, je ne connais pas grand monde et celles et ceux que je connais, forcément, ont leurs familles, leurs occupations et c'est bien normal (non, non, je ne réclame RIEN, je parle juste, pas de méprise !).

    Alors je me dis qu'il faudrait que j'apprenne à penser à moi. A moi toute seule ! (comment fait-on ?). Faudrait que je m'organise un "quelque chose" pour ne pas -ces jours là- stagner avec mes fantômes, dans une petite déprime que je redoute... mais que je vais combattre et "préparer", yes!... pour surtout l'éviter.

    Peut-être avez-vous des idées ? De l'expérience en la matière ? Des conseils constructifs ? Comment faire ? Que faire ? ...je ne sais pas faire, je n'ai jamais vécu seule, jamais vécu "ça" !

    Malheureusement -pour moi-... cette période est également "un anniversaire" en quelque sorte. Celui où, il y a 6 ans, j'ai rencontré Mon Grand Amour... ma passion, ma violente passion... mon plus beau poème d'amour... ma souffrance actuelle. Il n'est plus là... j'ai dû me "découdre" de cet Amour il y a presque 6 mois et depuis... j'erre l'âme en peine, le coeur en bouillie, les tripes nouées... il me manque. Nous aurions fêté notre 6ème Noël, notre 6ème Jour de l'An... mais la vie en a décidé autrement. 


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :